TV

Emisiuni pe tema agriculturii ecologice, agroecologiei, ecologiei si ideilor de afaceri in acest domeniu

Emisiuni @ HORA TV

Huedin: oportunitati de afaceri cu agricultura ecologica

Huedin: afaceri din padure ecologica - lemn si fructe de padure

Negreni: afacerei cu agroturism

Margau: ferma ecologica; branzeturi. Invitati din Franta.

Marisel: agricultura ecologica si certificarea ecologica; ferma de vaci sau de oi ecologica; fructe de padure

Sacuieu: lectii administrative la nivel local; laptele, carnea si cooperativele

Lozna: paduri ecologice - hribi, fructe de padure; procesarea produselor pentru castiguri mai bune

Napradea: lectii administrative la nivel local

Balan: intalnire intre doi tarani si mai multi oraseni; despre legume si lactate

Jibou: agricultura ecologica - certificarea, fiscalitatea si alte provocari ridicate de tarani

Jibou: competente in agricultura si afacerile de viitor

Jibou: vizita la piata agroalimentara; parerile taranilor

Jibou: vizita la piata agroalimentara; parerile taranilor (partea a II-a)

Jibou: vizita la piata agroalimentara; parerile taranilor (partea a III-a)

Jibou: agricultura ecologica si reformele ce au loc acum la nivelul Romaniei si al Europei (PAC)

Jibou: ferma legumicola ecologica

Salvarea Fermei Taranesti: pomicultura ecologica

Salvarea Fermei Taranesti: afacere cu nuc ecologic

Salvarea Fermei Taranesti: organizarea unei piete de produse agroalimentare ecologice la nivel de judet; painea ecologica

Salvarea Fermei Taranesti: asociatii de producatori (produse agroalimentare ecologice)

Salvarea Fermei Taranesti: discutie intre asociatiile de producatori ecologici si reprezentanti politici locali; tehnologii in agricultura ecologica

Salvarea Fermei Taranesti: cultura ecologica de prune, palinca ecologica si alte afaceri asemanatoare

Salvarea Fermei Taranesti: dulceturi, jeleuri si alte produse - certificarea ecologica, atestarea traditionala si alte forme de castig de valoare adaugata pentru produse

Salvarea Fermei Taranesti: de la oras la sat si valoarea produselor procesate din gospodarie (caz: Marisel)

Salvarea Fermei Taranesti: discutie cu un producator din Bucovina - agricultura ecologica si turism

Salvarea Fermei Taranesti: producerea si procesarea fructelor de padure (catina in special)

Salvarea Fermei Taranesti: despre inspectia si certificarea ecologica - ce inseamna, cum se face

Salvarea Fermei Taranesti: despre inspectia si certificarea ecologica - ce inseamna, cum se face (partea II)

Salvarea Fermei Taranesti: agricultoarele; despre procesarea produselor agroecologice pentru cresterea valorii adaugate

Salvarea Fermei Taranesti: afaceri cu aluni si alte nucifere; invitat - Carlo Negro (Italia)

Salvarea Fermei Taranesti: afaceri cu ferma ecologica de capre

Salvarea Fermei Taranesti: ferme de animale ecologice; cresterea vacilor de lapte si de carne in sistem ecologic
     
Emisiuni @ AGRO TV

Agricultura la raport: Afaceri de succes pentru femeile care vor să câștige din agricultură 10.02.2015

Agricultura la raport: Afaceri de succes în turism și comerț, pentru femeile din mediul rural 17.02.2015

Agricultura la raport: Lanţurile alimentare scurte 11.03.2015

Agricultura la raport: Rase locale pe cale de dispariţie 07.04.2015

Scoala de afaceri: cultura de afini 12.11.2014

Afine, produse procesate, certificare si afaceri - in cadrul programului de Reconversie Pomicola 3.02.2015

Scoala de afaceri: Culturile de nuci si aluni 5.11.2014

Romania, o tara trista. Despre afaceri, prospecte, oportunitati. 24.6.2014

Afaceri cu aluni pe timp de criza. Invitat: Carlo Negro (ITA)

Fa-ti propria afacere 12.6.2014

Viitorul fermei taranesti. Politica. 8.4.2014

Drumul inului si a canepii 2.4.2014

Sisteme de vanzari directe de alimente ecologice 25.3.2014

Noutati din politica agricola romaneasca 18.3.2014

Afaceri de mii de euro cu capre ecologice 11.3.2014

Afaceri cu alimente ecologice din ferme de vaci de lapte 3.3.2014

Afaceri cu arbusti ecologici: catina, zmeur, afini, capsuni 18.2.2014

Afaceri cu specii pomicole samburoase in sistem ecologic: pruni, visini, ciresi, caisi, piersici 11.2.2014

Afaceri cu specii pomicole semintoase: mar, par, gutui 4.2.2014

Noul PNDR, resurse strategice si politica 13.1.2014

Iarna fierbinte a agriculturii romanesti 12.12.2013

Programul de reconversie pomicola 2014-2020 26.11.2013

Programe de formare profesionala pentru formatori in agricultura de viitor 19.11.2013

Referendum pentru noul PNDR 05.11.2013

Cultiva aluni un hectar si devii milionar 24.10.2013

Imbatranirea populatiei de tarani 02.07.2013

Fermierul: un tip la costum, cu laptop 20.06.2013

Romani fara tara! Intoaraceti-va acasa! 12.06.2013

Subventia, un pericol pentru agricultura romaneasca 09.05.2013

Agricultura romaneasca - cenusareasa Europei 11.04.2013

Cum sa castigi bani din agricultura 18.04.2013

Produsele ecologice: sanatate sau moft? 04.04.2013

Agricultura romaneasca de la sapa de lemn la performanta 21.03.2013

Cum sa traiesti bine din agricultura ecologica. 19.04.2013

Italienii ne dau lectii de agricultura

Certificarea ecologica, garantia calitatii. 25 04 2013

Cum sa castigi bani in agricultura. 18 04 2013,

Ce efect au subventiile in Romania? 09 05 2013

Cum e aruncata la gunoi hrana romanilor. 05 apr 2013

Romania: cine plateste pentru laptele aruncat? 28 03 2013
 
Clipuri diverse!

Avram Fitiu, conferinta modele AMAP, agricultura ecologica

Prof.dr. Avram Fitiu si lansarea programului agro-alimentar al Aliantei RO PAC 2014-2020

Avram Fitiu si Nikolai Kikitenko: demers pentru soiurile si formele locale

Alianta Noastra Cluj - Despre problemele agriculturii - 3.8.2016 la Realitatea TV, "Jocuri de putere", cu Rares Bogdan
 
Salvarea Fermei Taranesti - carte, fragmente citite de autor

"Salvarea Fermei Țărănești"
[playlist]

Salvarea Fermei Țărănești. Introducere.

Numarul ridicat al fermelor taranesti Salvarea Fermei Țărănești

Gradul redus de poluare Salvarea Fermei Țărănești

Capitalul social detinut Salvarea Fermei Țărănești
Salvarea Fermei Taranesti - download/descarcare format PDF

luni, octombrie 22, 2012

Voyage d’étude en Roumanie « A la rencontre de créateurs d’activité en milieu rural roumain » 13 au 20 mars 2009

Link Google Docs


Voyage d’étude en Roumanie

« A la rencontre de créateurs d’activité en milieu rural roumain »
13 au 20 mars 2009
COMPTE-RENDU
CREFAD Auvergne
Voyage d’étude est organisé dans le cadre du « Séminaire itinérant la Politique agricole commune et l'installation agricole dans les territoires » porté par le CELAVAR Auvergne et financé par la Commission européenne.
Voyage d’étude en Roumanie – 13-20 mars 2009 Notes et compte-rendu
1/33


Voyage d’étude en Roumanie – 13-20 mars 2009 Notes et compte-rendu
Samedi 14/03/2009
Rencontre avec l’association ALBA AFRODA
Alba-AFRODA : Association Franco Roumaine de Développement Agricole du Judet d’Alba. Le conseil d’administration est composé de 16 membres. Sinon, actuellement, il y a deux animateurs. Devise : « Non pour les agriculteurs mais avec eux »
Partenaires : Roumains : Conseil de Judet d’Alba ; Association les Amis des Roses Radesti ; Français : Ambassade de France en Roumanie ; Association Solidarité et Développement Rhône-Roumanie ; Conseil Général du Rhône ; La Chambre d’Agriculture Département du Rhône ; ADTR Rhône Gîtes de France ; le Comité Départemental Tourisme Rhône ; l’Université ISARA Lyon ; Maisons Familiales du Rhône
Alba-AFRODA : collaboration depuis + de 15 ans avec les communes de France et 6 communes de Roumanie (+ deux nouvelles communes candidates) et 6 communes du Rhône.
Actions de l’association : animation locale / formation / information / appui aux investissements
Soutien à des projets collectifs de production et promotion à partir de groupes de producteurs / groupes d’initiative Promotion des groupes : fêtes des roses ; agro- tourisme, échanges d’expériences ; CICDA / 2 foires de tourisme / Appui au projets individuels
Animation locale : Essai de céréales (lots démonstratifs de maïs, luzerne, triticale sur des communes) Organisation de groupes pour une mutualisation des outils pour l’agriculture (sur l’exemple des CUMA) et faire comprendre l’intérêt d’utiliser en commun (« difficile avec la maladie communiste »...). Participation des agriculteurs qui ont payé le transport du matériel agricole donné. Les groupes étaient déjà constitués. Aujourd’hui, certains groupes ne fonctionnent plus car le matériel n’est plus en état (marque de pièces devenues impossibles à récupérer). Néanmoins, quelques groupes persistent et la dynamique porte donc ses fruits pour certains. Festival AFRODA : Pour le festival, chaque année c’est une des communes qui est le lieu et l’organisatrice du festival.
Formation : Stages pratiques : stages de jeunes agricultures roumains en France (programme SESAME) Stages pratiques des élèves MFRO en Roumanie (Maison Familiales Rurales) Un plan de développement agricole déposé à Bruxelles – Aides Européennes.
Actuellement, beaucoup d’argent donné à l’Europe mais pas beaucoup de retour. Au moment de la crise mondiale, l’agriculture est la base et c’est d’ailleurs un des atouts principaux du pays.
2/33


Voyage d’étude en Roumanie – 13-20 mars 2009 Notes et compte-rendu
En 1992 loi foncière : retour de la terre aux propriétaires (très petites parcelles car redistribution de la terre sur la base des titres de propriété d’avant la période de collectivisation, sachant qu’entre temps, les familles se sont agrandies). Depuis, beaucoup de terres sont « abandonnées » (non cultivées), d’autres servent pour l’agriculture de subsistance et enfin d’autres ont été rachetées par de grands propriétaires (souvent étrangers).
Des aides ont été réfléchies, mais elles sont soumises à des exigences de production au départ. Par exemple en transformation laitière si on a au minimum 3000 litres de lait par jour : insatisfaisant car inaccessible pour les petits agriculteurs ! Cela ne fait qu’encourager les gros. L’agriculture de subsistance n’a pas de moyen pour se développer. On ne laisse pas de place pour que l’agriculture familiale se développe. En 2003, 80% de la population est retournée à la campagne – aujourd’hui c’est 50-55% de la population. Avec la crise, il est possible que cela ré-augmente. Le SMIC se situe à environ 100€.
Information : L’association travaille beaucoup sur cet axe car l’information n’arrive pas aux paysans. - Edition d’un bulletin « Sufletul Statului ». Parution du 14è numéro (gratuit pour les agriculteurs) + 3 suppléments thématiques - Participation des agriculteurs aux Foires Agricoles à CLUJ et ALBA JULIA (l’association organise le transport en bus par exemple) - Organisation de voyages d’études : en France, en Roumanie UN voyage a été organisé pour les élus locaux. Les élus roumains ont été très intéressés par le système d’épuration par filtre planté de roseaux. Réaction des français : intéressant de voir que des spécialistes français vont promouvoir des systèmes d’assainissement alors qu’en France ils sont refusés en raison de lobbies !! - Projet EUROPA - Site www.afroda.ro - Actions de formation Alba-AFRODA
Appui aux investissements = appui des projets des agriculteurs de l’association - En 2002, création de la caisse de micro crédit - En 2003 : transport des outils et matériels de France
Débat sur le travail réalisé sur la qualité du lait. Présentation des travaux et du contexte, sachant que les collecteurs du lait sont des entreprises (privées ou nationales). Manque de lait en Roumanie donc achat en Hongrie ! Une réaction des français : attention, le travail sur la qualité du lait peut être le moyen de restructurer et d’orienter un fonctionnement du « toujours plus ». C’est un choix politique. Bien travailler à ne pas exclure encore les plus petits.
Agro-tourisme C’est une question sensible car interdiction que les produits de la ferme soient servis à l’auberge ! Que font les services vétérinaires ? En Roumanie comme en France ?
Association Alba-AFRODA Les adhérents sont les agriculteurs (100 environ) et les communes (8 + 2 qui viennent d’adhérer). Dans la réalité, personne ne paie sa cotisation, mais c’est comme ça en Roumanie, c’est compliqué !
3/33


Voyage d’étude en Roumanie – 13-20 mars 2009 Notes et compte-rendu
Gros accent mis sur le Festival. C’est au moins le moyen pour que les gens sortent de chez eux, passent un moment sympathique, parlent, etc. Le 1er jour = tournoi de foot, 2ème jour = folklore et fêtes de l’association avec remise des prix.
Débat sur les modes de commercialisation. La population vit sur la magie du supermarché, néanmoins elle n’a globalement pas les moyens d’achter les produits proposés. Donc, la population achète au marché. Les produits peuvent souvent être bio mais personne ne fait les démarches car ensuite il faudrait vendre trop cher pour rentabiliser. Le bio en Roumanie c’est les grandes cultures pour vendre dans les supermarchés européens ! Les agriculteurs vendent donc essentiellement sur le marché local (tous les jours, il y a un marché). Et du coup, dans les supermarchés, on trouve des produits étrangers, encore moins cher que les produits roumains ! ... mais sans goût donc le marché local a encore de l’avenir ! Malgré cela, les supermarchés se développent car ils concentrent tous les produits, sont l’image de la modernité, de ce à quoi il faut tendre.
En terme d’organisation « syndicale », beaucoup de producteurs sont fédérés dans les associations (producteurs d’ovins, de légumes, etc.), mais dans la réalité, concrètement ils oeuvrent peu pour défendre la promotion de leur produits. Il est quasi impossible pour eux de pouvoir vendre dans les supermarchés (noyauté). Ce sont deux mondes parallèles !
Territoire du Judet d’Alba : 6231 km2 (52% montagnes, 26% collines, 22% la plaine). Communes : moyenne de la superficie d’une commune : 4300 ha. AFRODA est reconnue localement et aussi officiellement ! Il existe d’autres associations du même type de fonctionnement en Roumanie. AFRODA avait lancé un gros travail avec le Ministère de l’Agriculture, mais avec les dernières élections, cette collaboration n’est plus possible.
4/33


Voyage d’étude en Roumanie – 13-20 mars 2009 Notes et compte-rendu
Dimanche 15/03/2009
1 – Visite n°1 : LEORINT VARGA IOAN (CIOBI) (environ 38 ans), 1 femme et 2 enfants (5-7 ans) Eleveur, cultivateur, maraîcher et commerçant
Description de l’élevage : 1 cochon, 28 têtes de bétail (vaches laitières + génisses) ; 170l/jour ; point de collecte – 0,8 ron/l (+ subvention de 0,3 ron) Quota : 56 000 kg 8 ha achetées 50000 ron (12000€) 10 brebis 40 ha (dont 20 en propriété) 7 ha maïs, l’an dernier 40 remorques (semences ?/azote/désherbant) – 120 tonnes (prix : 0,35 ron/kg), 8 ha foin, 12 ha de luzerne Maraîchage : 3 ha (PDT, choux, serre) semis de choux en couche chaude (50000 plants) + 3 rangs de vigne Main d’œuvre : lui sa femme + les parents + 2 ouvriers Installé depuis 12 ans en légume (avant mécanicien dans complexe agricole) – vaches depuis 3 ans Parcelles : 5 ha autour maison, le reste dispersé par îlots 2-3 ha Projet : pisciculture dans un petit lac (2 ha) (a suivi des cours à la mairie) – bâtiment pour les vaches (aimerait un bâtiment plus grand) Commercialisation : collecte pour le lait ; magasin en propriété pour maraîchage ; épicerie en gros – salariés ; veaux (120 kg v.f) vendus à boucher (via abattoir) (10 ron/kg) Contexte village : beaucoup de jeunes partis ; environ 1⁄2 surface agricole non exploitée car pas de main d’œuvre ; exploitation de ISAN – l’agriculture c’est difficile (travail, pas de vacances) 27 familles font du maraîchage (dont 3 arboricultures), 1 autre éleveur mais plus petit ; village à majorité hongroise – 1 école hongroise, 1 école roumaine ; des Italiens ont acheté des terres, collines à proximité.
2 – Visite n°2 : FLORIN POPA (33 ans) Pluriactif : travaille à la commune (où il est policier municipal) et horticulteur
Horticulture Serre : fleurs en serre « polianthes tuberosa » : 700 m2 – produits de fleurs en printemps/été – vente de bulbes, fleurs coupées. Projet cette année : 50 0000 bulbes – multiplication des bulbes en plein champs. 7 ans d’exploitation en champ. Hiver : épinards, salades, oignons. Petit élevage – auto consommation : poules ; 2 cochons (petite production de maïs pour les cochons). Projet : faire entreprise mais pour le moment n’a pas le droit (le statut de double actif n’existant
5/33


pas). Actuellement il a juste un certificat de producteur ce qui lui permet de vendre sur les marchés.
3 – Visite n°3 : ZOLTANT BALAS
40 ha en propriété : 5-6 km de Lugema – Prairie naturelle (foin), 15 ha de blé, 5- 6ha de luzerne + 20 ha de prairies, maïs
Meunerie : moulin à blé (1990 avec prêt bancaire) ; prestation de service (17% prélèvement du blé) ; pour les gens du secteur (vente farine à don boulanger ou pour le pain familial). Maïs : grain 1⁄2 ; ? 1⁄2. Animaux : cochons : 10/15 truies ; vaches laitières : 9 – collecte ; moutons : 55 Projet de faire vaches à viande (Charolais) Main d’œuvre : son père, lui, sa femme et 2 enfants (20-24 ans) souhaitent prendre la relève de son père Prestation de service : moissonneuse ; ensileuse. Maraîchage (un peu) : aubergines, piments, poivron (0,50 ha) proximité rivière (pompe).
4 – Visite n°4 : Rencontre des Rosiéristes « MOLNAR »
1 société entre 2 frères (en 1998)
Objet : production d’arbres fruitiers et de rosiers
Surface : propriétaire d’une partie et location de terres voisines – 605 ha de pépinières (pommes, prunes, poires, abricots, etc.) ;
Production : 150000 rosiers ; Ils achètent d’un coté les greffons, de l’autre les portes greffe et réalisent eux-mêmes ensuite les greffes. Ils se fournissent en Hongrie car pas de marché en Roumanie, d’autant plus que la majorité des variétés proviennent de Hongrie, elles sont libres ce qui n’occasionne pas de taxe sur la multiplication).
Main d’œuvre : 5 salariés + saisonniers (1 à 8 personnes).
Magasins : 25 variétés (variétés libres)
Pépinière : 2 années d’ancienneté (Poires greffées sont aussi de Hongrie) ; volonté d’acheter le terrain d’en face ; Salle frigorifique : où ils on stockent les rosiers et les jeunes arbres.
Conseil Technique : si vous ne disposez pas de frigo : Faire 1 petit trou dans la terre et y enterrer un paquet de 10 rosiers pour retarder le bourgeonnement
Salariés sur les saisons : 10€/jour ; employés : 300€/mois.
Voyage d’étude en Roumanie – 13-20 mars 2009 Notes et compte-rendu
6/33


Voyage d’étude en Roumanie – 13-20 mars 2009 Notes et compte-rendu
Dans le village il y a 1 autre pépinière de même taille ; village reconnu par ses productions (tradition locale). Il s’agit d’une des plus grosses productions de rosiers présente en Roumanie. Ils produisent actuellement : 65000 rosiers et 60 à 70 000 arbres fruitiers
Anciennement sur le site : ferme collective
5 – Visite n°5 : Exploitation laitière, Daniel Alexa
Ex animateur à l’ALBA AFRODA. Il a quitté l’association car c’était assez compliqué selon lui pour faire aboutir les dossiers, pour différentes raisons. Il a donc choisi de faire avancer son projet personnel, en tentant d’embarquer d’autres agriculteurs dans sa dynamique.
Investissement de départ avec deux amis : 1 Hollandais et 1 Français. Création de la société – (3 personnes) où Daniel est partenaire et a 1/3 des parts. La ferme avant était une ferme d’Etat où était produit du houblon.
Modification minimale des bâtiments pour pouvoir accueillir des bêtes, mais pas plus de travaux (car trop cher). Bâtiments achetés 100 000 euros (hors terres). Daniel : gérant et salarié. 155 bêtes avec 80 laitières, 125 ha 4 ETP. 4 familles travaillent. 1 des associés vient 1 fois tous les 2 mois. 1 réunion/an avec associés Dans 20 ans il aura racheté la ferme. Terre très chères près des grands axes, mais moins chère sur son secteur. Production : 500 000 l/an – 7000l./bête/an Vendu sur marché roumain : collecte par une laiterie locale présente à 50km – production lait, crèmes, yaourts... sauf fromages. Aides : 80€/ha
Non loin d chez lui, il a l’exemple d’une 1 personne qui a investi dans une ferme avec 400 bêtes, mais il manque de foncier et de plus il manque d’expérience. Dans les faits, son exploitation chute depuis 2 ans. Tout le monde ne réussi pas. C’est un métier qui n’est pas simple ! Daniel a une formation d’ingénieur mais elle n’est pas adaptée pour être exploitant en tant que tel. Les formations d’ingénieur préparent encore à diriger de grandes fermes d’Etat et non pas des exploitations agricoles où il faut savoir faire tous les métiers et vouloir participer concrètement aux travaux.
Il existe des prêts pour les agriculteurs à 15% donc il est concrètement impossible pour eux d’investir par ce biais car cela remet forcément en cause la viabilité économique de la structure.
Il choisi donc d’autres voies. Dernièrement, il a acheté avec 1 voisin du même âge et avec qui ils ont la même vision du travail une ensileuse. Production sur la ferme : 60 ha maïs, 25 ha luzerne, 10 ha de petits pois.
1 bonne vache prête à vêler coûte 2000 € à l’achat (Hollandaises).
7/33


Voyage d’étude en Roumanie – 13-20 mars 2009 Notes et compte-rendu
Ici, chaque village à son vétérinaire. Lui pratique l’insémination artificielle en contrat avec le vétérinaire (c’est obligatoire).
Il a créé un groupe de producteurs de lait (13 personnes) officiel. Ensemble, ils produisent 31000 l/jour et se regroupent pour les achats. Ils prévoient d’augmenter leur cheptel. Sa femme travaille à Cluj pour des projets sur les communes (cabinet d’études – projets avec Fonds européens). Elle fait l’aller-retour tous les jour (Cluj se situe à environ 50km).
Nourriture des vaches : Ensilage de maïs : 70% de la nourriture + luzerne + petits pois. Achat luzerne, tourteaux et tournesol à l’extérieur (soja, trop cher).
Il est content de son travail, mais pas de la situation Roumaine. Il pense que les jeunes ne vont pas revenir en Roumanie, encore moins en milieu rural pour faire de l’agriculture. Pour lui 1 bon salaire : 500€/mois. C’est ce qu’il donne à ses salariés. Sinon, il n’est pas possible de les maintenir sur le long terme et comme cela, ils restent et font du bon travail. C’est le minimum en terme de respect aussi.
Personne ne veut s’installer en agriculture, trop d’investissements : minimum 400 000€ et en plus il n’a a pas de formation à proprement parler.
Beaucoup d’étrangers investissent en foncier Roumain – Ouest : 80% aux Italiens (sur 3 ou 4 départements). En Roumanie, le commerce marche très bien, mais pas la production (alors que la production est la base).
Au début, il a travaillé avec son père et son oncle, dans la ferme familiale, mais ils n’ont pas accepté ses nouvelles idées. (ils voulaient rester sur du travail manuel / peu confiance en l’utilisation des machines).
Il pense que si les personnes ont des points en commun, ils peuvent travailler, voire s’associer ensemble.
Manque de techniciens et de spécialistes (fonctionnaires éventuellement) pour aider et conseiller les agriculteurs. Réel manque de compétences techniques. Par ailleurs, il n’existe pas en Roumanie de politique ou de stratégie sur 5 ou 10 ans.
8/33


Lundi 16/03/2009
Mairie : salle du maire de Rosia de Secas (rencontre avec Mr le Maire : Gheorghe WAGNER) Peu de personnes avec des activités nouvelles Il veut développer une association avec les jeunes Une des activités concerne l’aménagement routier pour favoriser les investissements.
Présentation de la commune : 1700 habitants sur 5700 ha + 60% de la population a plus de 60 ans Budget communal : pour le fonctionnement ; origine : conseil départemental ; impôts Peu ou pas d’investisseurs :
- piste avec un investisseur espagnol - 200 ha d’arbres (société Roumaine) - 400 ha qui viennent d’être achetés par des Danois - Allemands projet de Parc Eolien
L’agriculture : prix de l’ha : 700 ha Pas d’investissement industriel pour le moment
En terme d’emploi : Sur les 1700 habitants : 100 personnes aux minima sociaux Une partie de la population va travailler en Allemagne pour les saisons
Retraites : pension 350 Ron : 80€ (+ agriculture de subsistance)
L’Europe : OK sur l’Europe, mais beaucoup de choses administratives en perte de temps – + la question des normes : l’Europe fabrique beaucoup de contrainte !
Indemnisation du maire : employé de l’Etat 5 jours/7 – sur une base de 400 euros/mois - ratio en fonction du nombre d’habitants – élections tous les 4 ans.
Travail entre ALBA AFRODA et la commune : En projet/volonté de concret – travailler avec 20 fermes (petites fermes, 1 à 4 vaches) et 8 jeunes 35 ans. Le département offre des formations techniques.
Les fermes collectives, que sont-elles devenues ? : elles ont été détruites.
Où-estce que les habitants se retrouvent ? : lors les fêtes (1 partie du budget commune finance les fêtes) : calendrier des actions culturelles et surtout lors des fêtes religieuses.
Le nombre d’élèves : 240 élèves dans les 3 villages, jusqu’à 14 ans ensuite c’est le Lycée (et cela implique le pensionnat).
Projet de maraîchage avec les Roms.
C’est son 3ème mandat
Entreprises présentes sur la commune :
Voyage d’étude en Roumanie – 13-20 mars 2009 Notes et compte-rendu
9/33


Voyage d’étude en Roumanie – 13-20 mars 2009 Notes et compte-rendu
- Une fabrique de chaussures, privée. La commune a favorisé son implantation en donnant le bâtiment - Un moulin - L’entreprise agricole des danois
Lundi 16/03/2009
Visite Chez M. IONAS, propriétaire d’un moulin et d’une ferme.
Il est meunier depuis 40 ans (il a été responsable dans 1 moulin d’Etat pendant la période communiste). Le moulin a une capacité d’une tonne de céréales transformées en farine en 1 heure. Il a une capacité de stockage de 3 silos de 10 tonnes. Ses clients viennent de 60 km à la ronde. L’outillage a été acheté 100 000 Deutsch Mark en Allemagne il y a 10 ans. Il l’a payé sur ses fonds propres grâce à la vente des animaux de la ferme. Il a aussi 500 ovins, 20 vaches et 100 cochons. Il produit aussi des céréales sur l’exploitation : du maïs, du blé, luzerne et de la betterave fourragère. Il achète des semences certifiées.
Il pense avoir bien réussi. Ses 4 enfants sont allés à l’université : 1 fille travaille dans une banque ; 1 garçon est officier de police ; 1 garçon : 1ère année de droit et l’autre : 4ème année école vétérinaire.
« Il faut travailler et pas mendier » « C’est bien que des Danois investissent à côté (600 ha) »
Lundi APM 16/03/2009
Visite et rencontre avec M. SUFANE éleveur de mouton et producteur de fromage de brebis. 1400 brebis 6 employés 250 ha de terrain dont 50 ha en propriété Assolement : 75 ha blé ; 40 ha luzerne ; 31 ha vigne
Ils font aussi pâturer leur brebis sur 200 ha de la mairie ou de la commune pour les entretenir. Ils peuvent être aidé par l’UE car ils entretiennent l’espace. La période d’agnelage se termine, il reste 200 brebis à agneler. Cette année il y a eu de nombreux avortements. Ils ont donc mis les agneaux jumeaux sur les brebis ayant avorté. Les brebis allaitent 2 mois, les agneaux sont ensuite sevrés et les brebis traitent du 1er mai au 1er octobre. Les agneaux sont vendus à 6 mois sauf s’il y a un bon prix pour Pâques. La traite à lieu 2 fois par jour – 3h30 le matin et 15h30 l’après-midi, la traite se fait à la main à 6 personnes pour 1250 brebis. Une brebis produit entre 500 et 600 gr de lait/jour, cela représente 12 kg de fromage/tête et par saison. Le fromage est vendu a un grossiste : 4€ le kg. Il est stocké jusqu’au printemps
10/33