TV

Emisiuni pe tema agriculturii ecologice, agroecologiei, ecologiei si ideilor de afaceri in acest domeniu

Emisiuni @ HORA TV

Huedin: oportunitati de afaceri cu agricultura ecologica

Huedin: afaceri din padure ecologica - lemn si fructe de padure

Negreni: afacerei cu agroturism

Margau: ferma ecologica; branzeturi. Invitati din Franta.

Marisel: agricultura ecologica si certificarea ecologica; ferma de vaci sau de oi ecologica; fructe de padure

Sacuieu: lectii administrative la nivel local; laptele, carnea si cooperativele

Lozna: paduri ecologice - hribi, fructe de padure; procesarea produselor pentru castiguri mai bune

Napradea: lectii administrative la nivel local

Balan: intalnire intre doi tarani si mai multi oraseni; despre legume si lactate

Jibou: agricultura ecologica - certificarea, fiscalitatea si alte provocari ridicate de tarani

Jibou: competente in agricultura si afacerile de viitor

Jibou: vizita la piata agroalimentara; parerile taranilor

Jibou: vizita la piata agroalimentara; parerile taranilor (partea a II-a)

Jibou: vizita la piata agroalimentara; parerile taranilor (partea a III-a)

Jibou: agricultura ecologica si reformele ce au loc acum la nivelul Romaniei si al Europei (PAC)

Jibou: ferma legumicola ecologica

Salvarea Fermei Taranesti: pomicultura ecologica

Salvarea Fermei Taranesti: afacere cu nuc ecologic

Salvarea Fermei Taranesti: organizarea unei piete de produse agroalimentare ecologice la nivel de judet; painea ecologica

Salvarea Fermei Taranesti: asociatii de producatori (produse agroalimentare ecologice)

Salvarea Fermei Taranesti: discutie intre asociatiile de producatori ecologici si reprezentanti politici locali; tehnologii in agricultura ecologica

Salvarea Fermei Taranesti: cultura ecologica de prune, palinca ecologica si alte afaceri asemanatoare

Salvarea Fermei Taranesti: dulceturi, jeleuri si alte produse - certificarea ecologica, atestarea traditionala si alte forme de castig de valoare adaugata pentru produse

Salvarea Fermei Taranesti: de la oras la sat si valoarea produselor procesate din gospodarie (caz: Marisel)

Salvarea Fermei Taranesti: discutie cu un producator din Bucovina - agricultura ecologica si turism

Salvarea Fermei Taranesti: producerea si procesarea fructelor de padure (catina in special)

Salvarea Fermei Taranesti: despre inspectia si certificarea ecologica - ce inseamna, cum se face

Salvarea Fermei Taranesti: despre inspectia si certificarea ecologica - ce inseamna, cum se face (partea II)

Salvarea Fermei Taranesti: agricultoarele; despre procesarea produselor agroecologice pentru cresterea valorii adaugate

Salvarea Fermei Taranesti: afaceri cu aluni si alte nucifere; invitat - Carlo Negro (Italia)

Salvarea Fermei Taranesti: afaceri cu ferma ecologica de capre

Salvarea Fermei Taranesti: ferme de animale ecologice; cresterea vacilor de lapte si de carne in sistem ecologic
     
Emisiuni @ AGRO TV

Agricultura la raport: Afaceri de succes pentru femeile care vor să câștige din agricultură 10.02.2015

Agricultura la raport: Afaceri de succes în turism și comerț, pentru femeile din mediul rural 17.02.2015

Agricultura la raport: Lanţurile alimentare scurte 11.03.2015

Agricultura la raport: Rase locale pe cale de dispariţie 07.04.2015

Scoala de afaceri: cultura de afini 12.11.2014

Afine, produse procesate, certificare si afaceri - in cadrul programului de Reconversie Pomicola 3.02.2015

Scoala de afaceri: Culturile de nuci si aluni 5.11.2014

Romania, o tara trista. Despre afaceri, prospecte, oportunitati. 24.6.2014

Afaceri cu aluni pe timp de criza. Invitat: Carlo Negro (ITA)

Fa-ti propria afacere 12.6.2014

Viitorul fermei taranesti. Politica. 8.4.2014

Drumul inului si a canepii 2.4.2014

Sisteme de vanzari directe de alimente ecologice 25.3.2014

Noutati din politica agricola romaneasca 18.3.2014

Afaceri de mii de euro cu capre ecologice 11.3.2014

Afaceri cu alimente ecologice din ferme de vaci de lapte 3.3.2014

Afaceri cu arbusti ecologici: catina, zmeur, afini, capsuni 18.2.2014

Afaceri cu specii pomicole samburoase in sistem ecologic: pruni, visini, ciresi, caisi, piersici 11.2.2014

Afaceri cu specii pomicole semintoase: mar, par, gutui 4.2.2014

Noul PNDR, resurse strategice si politica 13.1.2014

Iarna fierbinte a agriculturii romanesti 12.12.2013

Programul de reconversie pomicola 2014-2020 26.11.2013

Programe de formare profesionala pentru formatori in agricultura de viitor 19.11.2013

Referendum pentru noul PNDR 05.11.2013

Cultiva aluni un hectar si devii milionar 24.10.2013

Imbatranirea populatiei de tarani 02.07.2013

Fermierul: un tip la costum, cu laptop 20.06.2013

Romani fara tara! Intoaraceti-va acasa! 12.06.2013

Subventia, un pericol pentru agricultura romaneasca 09.05.2013

Agricultura romaneasca - cenusareasa Europei 11.04.2013

Cum sa castigi bani din agricultura 18.04.2013

Produsele ecologice: sanatate sau moft? 04.04.2013

Agricultura romaneasca de la sapa de lemn la performanta 21.03.2013

Cum sa traiesti bine din agricultura ecologica. 19.04.2013

Italienii ne dau lectii de agricultura

Certificarea ecologica, garantia calitatii. 25 04 2013

Cum sa castigi bani in agricultura. 18 04 2013,

Ce efect au subventiile in Romania? 09 05 2013

Cum e aruncata la gunoi hrana romanilor. 05 apr 2013

Romania: cine plateste pentru laptele aruncat? 28 03 2013
 
Clipuri diverse!

Avram Fitiu, conferinta modele AMAP, agricultura ecologica

Prof.dr. Avram Fitiu si lansarea programului agro-alimentar al Aliantei RO PAC 2014-2020

Avram Fitiu si Nikolai Kikitenko: demers pentru soiurile si formele locale

Alianta Noastra Cluj - Despre problemele agriculturii - 3.8.2016 la Realitatea TV, "Jocuri de putere", cu Rares Bogdan
 
Salvarea Fermei Taranesti - carte, fragmente citite de autor

"Salvarea Fermei Țărănești"
[playlist]

Salvarea Fermei Țărănești. Introducere.

Numarul ridicat al fermelor taranesti Salvarea Fermei Țărănești

Gradul redus de poluare Salvarea Fermei Țărănești

Capitalul social detinut Salvarea Fermei Țărănești
Salvarea Fermei Taranesti - download/descarcare format PDF

luni, octombrie 22, 2012

L'agriculture roumaine va payer la facture de l’entrée dans l’UE


L'agriculture roumaine va devoir se réorganiser pour redevenir ce pays exportateur qu'il fut autrefois. Une véritable restructuration de la paysannerie roumaine se prépare, accompagnée d'une réorganisation foncière.


« L’année 2005 restera comme une année noire pour l'agriculture roumaine», explique Mihai Joan, agriculteur à une vingtaine de kilomètres de Bucarest. Nous sommes découragés et n'avons plus d'argent », rajoute-t-il. Tempêtes, inondations et méventes des céréales n'ont pas épargné les agriculteurs roumains. Pourtant avec ses 70 hectares cultivés, ce producteur de légumes se situe bien au-dessus de la moyenne des exploitations roumaines.

« L'agriculture roumaine est bipolaire », explique Avram Fitiu, directeur de cabinet de l'un des quatre secrétaires d'État à l'Agriculture depuis novembre 2004. 4,3 millions de petites exploitations d'une moyenne de 2,2 hectares totalisent 80 % de la SAU et « plusieurs milliers de fermes d'État de plus de 1 000 hectares » en cultivent 20 %.

En 1920, la Roumanie était le troisième producteur de blé européen. « Le potentiel est toujours là », souligne Avram Fitiu, rappelant la forte vocation exportatrice de son pays. « En 1989, nous disposions de 300 000 ha de vignes et de 300 000 ha de pommiers. Nous les avons toujours. Il suffit de nous organiser pour retrouver notre vocation exportatrice, » lance-t-il.

38 % de la population totale de Roumanie vit (ou survit) de l'agriculture. C'est beaucoup, comparé aux 4 % français ! C'est pourquoi l'entrée du pays en Europe pourrait provoquer cette « fracture sociale » redoutée par les dirigeants politiques roumains.
La plupart des jeunes ont quitté le village

Car on demande aux agriculteurs roumains de se mettre au même niveau que leurs homologues européens en l'espace de quelques années. « Vous, Français, vous avez eu 50 ans pour le faire ! », précise Avram Fitiu en expliquant le défi posé aux politiques pour les dix prochaines années. « Comment transformer nos fermes familiales en entreprises agricoles avec un réel pouvoir de commercialisation et surtout, qui paiera l'addition ?».

La plupart des petits propriétaires d'avant 1948 ont retrouvé leurs terres après la révolution de 1989. La réforme foncière a duré 16 ans. Elle n'est pas parfaite et doit encore être modifiée. « On réfléchit actuellement à une nouvelle organisation foncière à partir d'un exemple européen adapté aux spécificités roumaines», confie le directeur de cabinet. L'agriculture roumaine va également devoir faire face aux départs de la tranche d'âge des 45-55 ans.

La plupart des jeunes formés au pays ont quitté la campagne pour la ville ou se sont expatriés. « Qu'ils reviennent, ce serait l'idéal pour reprendre les terres », explique Avram Fitiu. Mais les jeunes le souhaitent-ils vraiment ? En tout cas, l'installation des jeunes ne fait pas partie des priorités du nouveau gouvernement. La restructuration se fera en tenant compte du départ des plus âgés et de ces jeunes qui ont quitté la terre et qui vraisemblablement ne reviendront plus.

A partir de ces données, le gouvernement sorti des urnes en novembre 2004 a défini son plan d'actions. De l'agriculture familiale, il en a fait sa cible. « Pas les anciennes fermes d'Etat qui ont bénéficié des largesses de l'ancien gouvernement», déplore Avram Fitiu.
4 800 fonctionnaires à recruter d'ici 2007

Le plan qui doit se mettre en place dès janvier 2006 permettra aux paysans de plus de 62 ans de quitter la terre en leur attribuant une rente de 100 euros par hectare et par an jusqu'à leur mort (ou 50 euros par hectare et par an) à condition qu'ils vendent (ou louent) leurs terres à une nouvelle société d'exploitation. Avec ces lopins de terre libérés, l'État compte créer des structures de 15 à 20 hectares dans un premier temps et de 30 hectares dans un deuxième temps. Ils devraient permettre de remettre une grande partie de l'agriculture roumaine sur les rails européens.

L'État devra d'ailleurs apporter une aide à certaines fermes de subsistance, « car si on les empêche d'aller sur le marché, il faudra que nous leur compensions le manque à gagner ». Mais ce sont les fermes familiales en prise directe avec le marché qui constituent la priorité du gouvernement qui s'appuiera sur la nouvelle agence de développement rural. Objectif du plan gouvernemental : constituer 6 000 exploitations, 600 ateliers de transformation laitière et 500 « unités non-agricoles ».

« On a beaucoup d'agriculteurs, mais aucune structure de regroupement de l'offre ou de commercialisation», constate Avram Fitiu, conscient des efforts à mener. En août dernier, le gouvernement a voté une loi favorisant l'association des paysans entre eux à condition qu'ils soient plus de cinq. Ce qui pourra permettre d'attribuer certaines subventions, non plus à des individus, mais à des groupes de paysans en luttant de ce fait un peu plus contre « l'économie grise ». Pour cela, la Roumanie doit réussir l'énorme pari de la création de la future agence de paiement qui devra s'appuyer sur des mécanismes institutionnels et qui devra embaucher quelque 4 800 fonctionnaires formés en 2007 .
Hygiène : un millier d'unités en péril

« Depuis deux à trois ans, nous rencontrons des problèmes de commercialisation. Nous sommes à la merci des petits intermédiaires pour nos produits », renchérit Joan Mihai qui, contrairement aux idées répandues, n'est pas hostile à la mise en commun de moyens avec ses voisins agriculteurs. « Nous devons pouvoir nous associer entre producteurs pour mieux nous en sortir, pour mécaniser davantage notre production et dégager ainsi du temps pour nous consacrer à la commercialisation », reconnaît-il. Joan Mihai serait-il une exception dans ce pays qui ne veut plus entendre parler de structures collectives ?

Le volet sanitaire n'est pas le moindre pour l'entrée de la Roumanie dans l'UE. « L'Union européenne est dans ce domaine plus exigeante à notre égard qu'elle ne l'est envers certaines structures françaises », déplore le directeur de cabinet. Il faudra donc fermer tueries, abattoirs et ateliers de transformation laitiers qui ne respectent pas la législation européenne. Le ministère distingue quatre catégories d'outils : ceux qui respectent actuellement les normes sanitaires, ceux qui régleront leurs problèmes de mises aux normes en 2006 et ceux qui le feront à l'horizon 2009. On recense en outre environ un millier d'unités qui ne pourront jamais respecter les normes.

Thierry Becqueriaux - notre envoyé spécial -
Les Marches