TV

Emisiuni pe tema agriculturii ecologice, agroecologiei, ecologiei si ideilor de afaceri in acest domeniu

Emisiuni @ HORA TV

Huedin: oportunitati de afaceri cu agricultura ecologica

Huedin: afaceri din padure ecologica - lemn si fructe de padure

Negreni: afacerei cu agroturism

Margau: ferma ecologica; branzeturi. Invitati din Franta.

Marisel: agricultura ecologica si certificarea ecologica; ferma de vaci sau de oi ecologica; fructe de padure

Sacuieu: lectii administrative la nivel local; laptele, carnea si cooperativele

Lozna: paduri ecologice - hribi, fructe de padure; procesarea produselor pentru castiguri mai bune

Napradea: lectii administrative la nivel local

Balan: intalnire intre doi tarani si mai multi oraseni; despre legume si lactate

Jibou: agricultura ecologica - certificarea, fiscalitatea si alte provocari ridicate de tarani

Jibou: competente in agricultura si afacerile de viitor

Jibou: vizita la piata agroalimentara; parerile taranilor

Jibou: vizita la piata agroalimentara; parerile taranilor (partea a II-a)

Jibou: vizita la piata agroalimentara; parerile taranilor (partea a III-a)

Jibou: agricultura ecologica si reformele ce au loc acum la nivelul Romaniei si al Europei (PAC)

Jibou: ferma legumicola ecologica

Salvarea Fermei Taranesti: pomicultura ecologica

Salvarea Fermei Taranesti: afacere cu nuc ecologic

Salvarea Fermei Taranesti: organizarea unei piete de produse agroalimentare ecologice la nivel de judet; painea ecologica

Salvarea Fermei Taranesti: asociatii de producatori (produse agroalimentare ecologice)

Salvarea Fermei Taranesti: discutie intre asociatiile de producatori ecologici si reprezentanti politici locali; tehnologii in agricultura ecologica

Salvarea Fermei Taranesti: cultura ecologica de prune, palinca ecologica si alte afaceri asemanatoare

Salvarea Fermei Taranesti: dulceturi, jeleuri si alte produse - certificarea ecologica, atestarea traditionala si alte forme de castig de valoare adaugata pentru produse

Salvarea Fermei Taranesti: de la oras la sat si valoarea produselor procesate din gospodarie (caz: Marisel)

Salvarea Fermei Taranesti: discutie cu un producator din Bucovina - agricultura ecologica si turism

Salvarea Fermei Taranesti: producerea si procesarea fructelor de padure (catina in special)

Salvarea Fermei Taranesti: despre inspectia si certificarea ecologica - ce inseamna, cum se face

Salvarea Fermei Taranesti: despre inspectia si certificarea ecologica - ce inseamna, cum se face (partea II)

Salvarea Fermei Taranesti: agricultoarele; despre procesarea produselor agroecologice pentru cresterea valorii adaugate

Salvarea Fermei Taranesti: afaceri cu aluni si alte nucifere; invitat - Carlo Negro (Italia)

Salvarea Fermei Taranesti: afaceri cu ferma ecologica de capre

Salvarea Fermei Taranesti: ferme de animale ecologice; cresterea vacilor de lapte si de carne in sistem ecologic
     
Emisiuni @ AGRO TV

Agricultura la raport: Afaceri de succes pentru femeile care vor să câștige din agricultură 10.02.2015

Agricultura la raport: Afaceri de succes în turism și comerț, pentru femeile din mediul rural 17.02.2015

Agricultura la raport: Lanţurile alimentare scurte 11.03.2015

Agricultura la raport: Rase locale pe cale de dispariţie 07.04.2015

Scoala de afaceri: cultura de afini 12.11.2014

Afine, produse procesate, certificare si afaceri - in cadrul programului de Reconversie Pomicola 3.02.2015

Scoala de afaceri: Culturile de nuci si aluni 5.11.2014

Romania, o tara trista. Despre afaceri, prospecte, oportunitati. 24.6.2014

Afaceri cu aluni pe timp de criza. Invitat: Carlo Negro (ITA)

Fa-ti propria afacere 12.6.2014

Viitorul fermei taranesti. Politica. 8.4.2014

Drumul inului si a canepii 2.4.2014

Sisteme de vanzari directe de alimente ecologice 25.3.2014

Noutati din politica agricola romaneasca 18.3.2014

Afaceri de mii de euro cu capre ecologice 11.3.2014

Afaceri cu alimente ecologice din ferme de vaci de lapte 3.3.2014

Afaceri cu arbusti ecologici: catina, zmeur, afini, capsuni 18.2.2014

Afaceri cu specii pomicole samburoase in sistem ecologic: pruni, visini, ciresi, caisi, piersici 11.2.2014

Afaceri cu specii pomicole semintoase: mar, par, gutui 4.2.2014

Noul PNDR, resurse strategice si politica 13.1.2014

Iarna fierbinte a agriculturii romanesti 12.12.2013

Programul de reconversie pomicola 2014-2020 26.11.2013

Programe de formare profesionala pentru formatori in agricultura de viitor 19.11.2013

Referendum pentru noul PNDR 05.11.2013

Cultiva aluni un hectar si devii milionar 24.10.2013

Imbatranirea populatiei de tarani 02.07.2013

Fermierul: un tip la costum, cu laptop 20.06.2013

Romani fara tara! Intoaraceti-va acasa! 12.06.2013

Subventia, un pericol pentru agricultura romaneasca 09.05.2013

Agricultura romaneasca - cenusareasa Europei 11.04.2013

Cum sa castigi bani din agricultura 18.04.2013

Produsele ecologice: sanatate sau moft? 04.04.2013

Agricultura romaneasca de la sapa de lemn la performanta 21.03.2013

Cum sa traiesti bine din agricultura ecologica. 19.04.2013

Italienii ne dau lectii de agricultura

Certificarea ecologica, garantia calitatii. 25 04 2013

Cum sa castigi bani in agricultura. 18 04 2013,

Ce efect au subventiile in Romania? 09 05 2013

Cum e aruncata la gunoi hrana romanilor. 05 apr 2013

Romania: cine plateste pentru laptele aruncat? 28 03 2013
 
Clipuri diverse!

Avram Fitiu, conferinta modele AMAP, agricultura ecologica

Prof.dr. Avram Fitiu si lansarea programului agro-alimentar al Aliantei RO PAC 2014-2020

Avram Fitiu si Nikolai Kikitenko: demers pentru soiurile si formele locale

Alianta Noastra Cluj - Despre problemele agriculturii - 3.8.2016 la Realitatea TV, "Jocuri de putere", cu Rares Bogdan
 
Salvarea Fermei Taranesti - carte, fragmente citite de autor

"Salvarea Fermei Țărănești"
[playlist]

Salvarea Fermei Țărănești. Introducere.

Numarul ridicat al fermelor taranesti Salvarea Fermei Țărănești

Gradul redus de poluare Salvarea Fermei Țărănești

Capitalul social detinut Salvarea Fermei Țărănești
Salvarea Fermei Taranesti - download/descarcare format PDF

luni, octombrie 22, 2012

Fiche Bip n°3 063 – Le développement du réseau APM Terre Citoyenne dans le sillage du programme APM et la situation actuelle (Mai 2006)




Fiche Bip n°3 063 – Le développement du réseau APM Terre Citoyenne dans le sillage du programme APM et la situation actuelle (Mai 2006)
Une dynamique de réseau mondial créatrice de nouvelles organisations, capables d’initiatives internationales et productrices d’une dizaine de cahiers de propositions au niveau mondial sur des thèmes liés à l’agriculture, la pêche, l’alimentation, la gestion des ressources naturelles. Un réseau qui s’adapte, qui recompose son fonctionnement et sa forme de gouvernance.
Nomenclature : ➢ D2k_A0 – Alternatives aux systèmes agroalimentaires ; D2f2 – Alimentation
et systèmes alimentaires
Statut du document : ➢ C – Partagé avec la Coredem
Origine du document : ➢ I – Interne FPH
Résumé en français
Cette note présente de manière synthétique l’histoire du développement du réseau APM Terre Citoyenne et sa situation actuelle, en mai 2006.
Le Réseau mondial APM Terre citoyenne s’est progressivement créé à partir de 1993. Cette dynamique mondiale a vu le jour au sein du programme APM (Agricultures Paysannes, Sociétés et Mondialisation) que la fondation a soutenu et animé de 1989 à 2002. Centré sur l’avenir de la population agricole mondiale et de l’alimentation, ce programme a vu la constitution progressive de réseaux régionaux et continentaux associant paysans, pêcheurs, membres d’ONG et chercheurs. A l’occasion de la première rencontre mondiale de ces réseaux, en 1993, le lancement de chantiers internationaux autour de thèmes communs (alimentation, agriculture, pêche, gestion des ressources naturelles, etc...) a révélé l’existence d’une dynamique mondiale allant au-delà des identités régionales des réseaux, des organisations paysannes et des ONG associées : le Réseau mondial APM était né. Organisé sur la base de rapports de confiance mutuelle, ce réseau est passé progressivement d’une capacité à produire de l’intelligence collective à celle d’élaborer et de porter des propositions au niveau international et d’être à l’initiative d’événements au niveau international. La réduction des appuis de la fondation, à l’occasion de la période de bilan et de réflexion en 2002- 2003, a amené les animateurs à une réflexion d’ensemble. Les années 2004 et 2005 ont prouvé que, tout en fonctionnant de manière informelle, le réseau restait un espace propice aux initiatives de ses membres, à mêmes de se nourrir de l’expérience collective et d’associer tout ou partie du réseau. Une réunion d’animateurs de ce réseau doit se dérouler en juin 2006 en France. Elle doit permettre de renforcer la synergie des initiatives portées par chacun de ses membres, de développer un site web commun de travail, de s’appuyer sur la constitution de plusieurs sites ressources portés par plusieurs alliances ou organisations (AGTER, APMM, CERAI, CEFODIR...), de produire et partager des connaisances utiles pour l’action commune.
❖❖❖
Mots clés géographiques : ➢ Monde
Mots-clés techniques : ➢


Mots clés thématiques : ➢ sécurité alimentaire ; réseau international ; réseaux d’acteurs ;
RESEAU DE CITOYENS ; responsabilité des entreprises
Mots-clés acteurs : ➢ citoyens ; paysans ; pêcheurs
Mots-clés méthodes : ➢ réseau d'échange d'expérience ; processus d'intelligence collective ;
méthodologie de l'action collective
Types de document : ➢ Evaluation et réflexion
Langues : ➢ français
Auteurs : ➢ Pierre VUARIN
Publié le : ➢ 2004 puis 2006
Publié par : ➢
Nombre de pages : ➢ 5 pages
Documents associés : ➢
Renvois à d’autres fiches : ➢
Autres renvois : ➢
Rédacteurs : ➢ Pierre Vuarin
Texte complet
LA DYNAMIQUE DU PROGRAMME APM ET LA CREATION DE NOUVELLES ORGANISATIONS
La FPH a soutenu, de 1989 à 2002, un programme « Agricultures Paysannes, Sociétés et Mondialisation » centré sur un enjeu central: l’avenir de la population agricole représentant plus de moitié de la population mondiale, menaçée par l’exode vers les villes, la malnutrition, la misère et la surexploitation. La FPH, pour permettre le développement d’échanges internationaux, de réflexions, de propositions et d’actions collectives, a facilité la création de plusieurs réseaux associant paysans, pêcheurs, membres d’ONG et chercheurs. Ceux-ci se sont constitués progressivement dans différentes régions du monde autour de thèmes communs, variables selon les régions mais concernant le monde agricole et maritime au sens large: les questions agraires, l’alimentation, les ressources naturelles, la pêche, les processus d’intégration régionale, le commerce international. La FPH a joué un rôle important de soutien financier mais aussi d’initiateur et d’animateur de ce processus.
Cette intuition initiale, suivie pendant treize ans, a été la matrice de nombreuses dynamiques. Certains réseaux régionaux se sont constitués de manière formelle en associant des personnes et des organisations (APM Afrique, Le Forum Agricultures des Pays d’Europe Centrale et Orientale au lendemenain de la chute du mur de Berlin, plus récemment le réseau Alimenterra en Europe consacré à l’évolution des systèmes alimentaires), d’autres réseaux sont restés plus informels (Le Réseau Inter Américain Agricultures et Démocratie, le réseau APM Chine, le réseau Balkans, le réseau rural Vietnam, le groupe de Bruges consacré à la réforme des politiques européennes).
Des ONG se sont créées dans le sillage de cette dynamique: en Albanie le Centre d’Etudes Rurales (CER), en Roumanie Agroecologia, au Vietnam une première ONG de Développement rural(PHANO), au Cameroun une ong au service du développement local et des leaders ruraux (le CANADEL), en Suisse un réseau intervenant aussi dans les Pays d’Europe Centrale (le REED, en France un réseau centré sur des sytèmes agricoles plus durables (le RAD)..


Des organisations de paysans, de pêcheurs sont aussi constituées, soutenues par la FPH et confortées par la dynamique d’échanges, de réflexions et de formation du réseau APM. Des réseaux ou fédérations nationales d’organisations ont été crées comme en Tanzanie (Mviwata), au Tchad (Coordination Nationale), au Cameroun (CNOPCAM), en Roumanie concernant les agriculteurs biologiques (FNAB). Au niveau de plusieurs régions du monde, des coordinations régionales se sont constituées comme en Afrique de l’Est et du Sud, en Afrique Centrale (la Coordination des organisations paysannes en Afrique Centrale), dans le Mercosur(la COPROFAM). Au niveau mondial une organisation nouvelle de pêcheurs a été créée: le Forum Mondial des Pêcheurs et Travailleurs de la Mer.
D’autres organisations ayant un caractère international, sont nées sous l’impulsion d’organisations parties prenantes de la dynamique APM et avec le soutien de la FPH. Elles assurent des fonctions d’information, de contrôle citoyen des politiques publiques, d’expertise citoyenne et de formation : Info’gm en France qui constitue un pôle de veille et d’expertise sur les OGM, l’Université Paysanne Africaine (UPAFA), le Centre de Formation des Dirigeants Ruraux (CEFODIR) dans le Mercosur, le Centre Andin de Formation de Leaders Sociaux (CAFOLIS) qui forment des leaders paysans et indigènes dans une optique citoyenne et internationale, l’Observatoire coton en Afrique qui intègrent des savoirs de terrain et d’experts au service des organisations paysannes, Global Citizen Initiatives qui associe des experts et des militants d’ONG afin de contribuer à la réforme de l’OMC et de la gouvernance mondiale, le réseau européen des semences fermières, le journal Terre Citoyenne soutenu et publié par la FPH et par différents pôles d’édition (Espagne, Vietnam, Chine, Brésil).
De nombreuses ONG, organisations paysannes et indigènes existantes ont soutenu les réseaux APM et ont été parties prenantes de leurs activités au niveau national ou international. On peut noter entre autre : au Brésil IBASE, en Equateur IEE, Terra Nueva et la FENOCI, au Perou la CCP, en Bolivie la CIOEC, Coprofam dans le Mercosur, CEPA en Argentine, CEDAL et Forja au Chili, au Mexique l’ANEC, le CECCAM, Pasos, aux USA l’IATP, Sustainable Institute, la NFFC, en Espagne le CERAI, en Afrique CIEPAC, en France Rongead, SOLAGRAL, en Grande Bretagne Farmers Links et Banana Links.
LA CONSTRUCTION PROGRESSIVE D’UN RESEAU MONDIAL APM
La FPH a soutenu en 1993 au Larzac, la première rencontre mondiale des réseaux qui se structuraient progressivement au niveau régional. Cette rencontre a conduit au lancement de chantiers internationaux autour de thèmes reconnus communs. Au cours des années, se sont construites, outre des identités régionales de réseaux, une dynamique au niveau mondial que nous avons appelé, le réseau mondial APM.
En 1996, le réseau mondial APM Mondial s’est réuni à Yaoundé, avant le sommet mondial de l’alimentation de la FAO. En 1998, le Réseau APM Mondial avec l’appui de la FPH, a fait le point à Cascavel, au Brésil, sur les chantiers thématiques en cours qui concernaient des thèmes allant de l’accès aux ressources naturelles au commerce mondial en passant par les OGM et la biodiversité. Le réseau APM mondial a aussi participé activement à la réussite du séminaire international sur les réformes agraires et les questions foncières à Rio de Janeiro, organisé avec IBASE (Brésil). En l’an 2000, à La Salvetat (France) et en 2001 à Castelfabib (Espagne) les rencontres du réseau APM Mondial ont été essentiellement consacrées à discuter le contenu des douze cahiers de propositions au niveau international initiés sur des thèmes stratégiques allant des réformes agraires à celui sur l’OMC et du refus de la privatisation du vivant à la gestion des ressources halieutiques en passant par la formation des leaders sociaux. Ces rencontres ont aussi permis de préparer le Forum sur la souveraineté alimentaire et le droit des peuples à se nourrir, prévu à Cuba.
La préparation de l’Assemblée Mondiale de Citoyens de Lille, en 2001, a créé un effet de calendrier. Elle a stimulé les chantiers thématiques du réseau APM mobilisés à la rédaction des cahiers de propositions. En 2001, le Réseau APM mondial, avec le rôle particulièrement actif du


RIAD, du CERAI en Espagne, de l’ANAP à Cuba a été à l’initiative, en alliance avec Via Campesina et le FIAN, du Forum Mondial de Souveraineté Alimentaire de La Havane. Une rencontre internationale de pêcheurs, à l’initiative d’un comité "ad hoc" associant une partie du réseau APM, a été réalisée la même semaine, à Cuba. Elle a débouché sur une déclaration et la rédaction d’un cahier international sur la pêche et les réserves halieutiques.
En 2002, un ensemble d’organisations paysannes régionales et nationales associées aux activités du réseau APM mondial, ont, enfin, organisé, avec l’appui du réseau APM Afrique, une rencontre mondiale de paysans au Cameroun.
Au cours des années, certains réseaux ont disparu comme le FORUM Agricultures PECO, des réseaux se sont assoupis comme le RIAD. Des ONG ont disparu comme SOLAGRAL. Mais d’autres ONG, organisations paysannes et de pêcheurs, organisations citoyennes sont nées et se sont renforcées. Des animateurs du réseau APM ont pris des responsabilités publiques (élus locaux, députés, responsables administratifs ou politiques comme au Brésil, en Equateur, au Mexique, au Tchad, en Albanie..).
QUELQUES CARACTERISTIQUES DU RESEAU APM
Dans la réflexion et dans l’action, sur des questions locales et internationales, ce réseau mondial de confiance, d’échanges, de montage de projets et d’élaboration de propositions s’est donc renforcé progressivement à partir de 1993. Il est passé d’une capacité à produire de l’analyse et de l’intelligence collective à celle d’élaborer et de porter des propositions au niveau international. Ce réseau, le plus ancien des réseaux internationaux soutenu par la FPH a constitué un espace d’apprentisage et de construction de ce que nous appelons aujourd’hui les alliances citoyennes. C’est peut être la constance de l’état d’esprit et des méthodes qui expliquent la permanence de l’idée de réseau mondial. Mais cette pérennité s’explique d’abord par la manière dont se sont créés progressivement des rapports de confiance mutuelle entre les membres du réseau, confiance construite dans l’action, sur la base de démarches privilégiant la valorisation de l’expérience de chaque personne, l’expression de chacun devant des réalités variées, la construction progressive d’analyses, de stratégies et de visions communes.
Elle s’explique aussi par la recherche d’une cohérence entre les objectifs, une éthique de l’action et des dispositifs de travail qui se sont révélés et construits au cours des années.
1)Des objectifs
• la recherche d’un développement durable socialement, économiquement et écologiquement
• le renforcement des capacités de la société civile à résister, à s’exprimer, à critiquer, à analyser, à échanger, à proposer, à contrôler, à créer, à gérer dans certains cas. Sa capacité aussi à produire de nouveaux espaces politiques, à refonder le politique et des formes articulées de gouvernance intéressante aux différents niveaux (du local au mondial).
2)Une éthique des comportements et de l’action
• la prise en compte fondamentale des comportements humains individuels et collectifs afin de dépasser les logiques de concurrence et d’éviter les guerres de pouvoir, les guerres, tout court. Cette prise en compte du facteur humain a été une préoccupation pour le fonctionnement des réseaux, les organisations sociales.
• la recherche d’un engagement en responsabilité des différents acteurs, la volonté de concrétiser les droits les plus fondamentaux de l’homme du niveau local à l’international ainsi que l’établissement de sociétés de droit.


• l’intégration de la dimension culturelle et interculturelle dans la manière de conduire des actions, des activités, mais aussi dans le contenu des propositions.
3) Des dispositifs de travail
• un travail à partir des thèmes émergeants dans les régions et venant nourrir les autres régions. Les activités du réseau se sont concentrées sur des thèmes identifiés et choisis progressivement par les membres des réseaux régionaux: agriculture et développement durable, accès à la terre et gestion des ressources naturelles, biodiversité et OGM, gestion des ressources halieutiques et pêche, organisations paysannes et indigènes, pouvoirs locaux et développement local, intégration régionale, OMC et commerce international, sécurité alimentaire et droit des peuples à se nourrir, alimentation, nutrition et politiques publiques. C’est grâce à cet effet de réseau que des thèmes, des démarches, des idées ont circulé d’une région à l’autre.
• la collecte et la valorisation d’expériences locales, nationales ou internationales, et l’organisation d’ateliers d’échanges entre les porteurs de ces expériences au niveau national ou international.
• un travail d’analyse associant organisations paysannes, ONG et chercheurs s’appuyant sur ces expériences et participant à la constitution d’une véritable intelligence collective au niveau international. Ceci a été utile pour dénouer et comprendre la situation de filières de production en Afrique (coton, riz ou cacao).
• l’élaboration de stratégies collectives permettant aux acteurs d’être mieux armés pour participer aux débats et aux négociations sur les politiques nationales et internationales. Cela a été le cas dans de nombreux pays concernant tout aussi bien les réformes foncières, les questions des organisations paysannes (Tanzanie, Tchad, Bénin, Mercosur...), d’intégration régionale (Alena, Mercosur, Union Européenne), mais aussi la questions des OGM et de la préservation de la biodiversité. Au niveau mondial, des échéances comme le sommet de l’alimentation à Rome en 1996, ou celui de l’OMC à Seattle en 1999, celui sur la souveraineté alimentaire à La Havane en 2001, la Rencontre Mondiale des Paysans à Yaoundé en 2002 ou encore les Forum Sociaux Mondiaux qui ont été préparées collectivement par le réseau, avec un impact certain.
• le lancement de débats au niveau national ou international: sur les OGM (Uruguay, Mexique, Chine, Albanie..), sur le droit des peuples à se nourrir (en Amérique latine, en Afrique, lors du Forum mondial de l’alimentation en 1996), sur le rôle des agricultures familiales (au Vietnam, en Chine, dans les anciens pays socialistes, en Amérique latine), sur la refondation des États (Equateur et pays andins) ou la nécessité d’une autre gouvernance mondiale (débat sur l’OMC en particulier), sur la nécessaire régulation des marchés, sur les processus d’intégration (Mercosur, Alena, Union Européenne), sur le développement durable (Europe en particulier), sur la nature de l’alimentation (en particulier en Europe).
• la participation à la formation de leaders sociaux pour qu’ils puissent faire face à des situations nationales et internationales nouvelles, liées aux effets de la globalisation. Des leaders d’organisations paysannes ou indigènes ou d’ONG ont ainsi pu jouer un rôle important dans les débats publics et les négociations sociales ou dans la conduite des mouvements sociaux, aussi bien au niveau local qu’au niveau global. Certains responsables ont pris des responsabilités d’élus, de députés, de responsables politiques et administratifs.


• la formulation de propositions locales, nationales ou internationales, à l’occasion de sommets officiels (convention sur la sécurité alimentaire, propositions citoyennes pour l’OMC) ou en lien avec différentes initiatives de la société civile internationale (Forum Social Mondial, Alliance pour un monde responsable, pluriel et solidaire, Forum Mondial sur la Souveraineté Alimentaire). Le réseau APM Mondial a élaboré et validé une douzaine de cahiers de propositions, au niveau mondial sur différents sujets.
LA MISE EN PLACE D’UNE GOUVERNANCE ADAPTEE AU RESEAU APM TERRE CITOYENNE
En 2003, le Conseil de la FPH a décidé de centrer son action sur le soutien et l’accompagnement de la construction d’une communauté mondiale et de travailler sur trois grands axes: la gouvernance, l’éthique et la construction de nouvelles formes de production, d’échanges, de distribution et de consommation. La FPH a cessé l’appui important des partenaires du réseau APM international.
En octobre 2003, une trentaine d’animateurs du Réseau Mondial APM se sont réunis à Paris. Ils ont décidé de prendre du temps pour repenser la gouvernance de ce réseau au niveau mondial, en voulant lui donner plus de visibilité et d’offrir plus de possibilités de participation à des personnes et organisations intéressées. Un comité de facilitation a été mis en place afin de faire avancer ce processus. Les animateurs du réseau ont pensé que celui-ci devait continuer à couvrir les thèmes d’alimentation, d’agriculture, de pêche, de gestion de ressources naturelles, de commerce international et de participation à la construction d’une nouvelle gouvernance mondiale. Mais certains membres ont aussi exprimé le désir que le réseau s’ouvre à des thèmes plus globaux encore et qu’il favorise de larges alliances. Plusieurs animateurs du réseau se sont retrouvés à Porto Alegre et à Quito en 2005 afin de voir les synergies et les alliances à favoriser .
Le réseau a montré qu’il restait un espace dans lequel des initiatives pouvaient être lancées à partir d’un des membres du réseau, se nourissant de l’expérience collective, et associant tout ou partie du réseau. En voici huit exemples tirés de l’année 2004 et 2005.
1) Le CERAI a impulsé, avec de nombreuses organisations dont celles impliquées dans le réseau APM mondial, le Forum Mondial sur les Réformes Agraires et la Gestion des Ressources Naturelles (FMRA). Celui-ci s’est déroulé en décembre 2004 à Valencia avec la participation de cinq cents personnes de plus de cinquante pays. Un réseau spécifique de travail est en train de se structurer sur ce thème, au niveau international, animé par l’association AGTER (Association pour la Gouvernance du Foncier, de l’Eau et des Ressources naturelles). Ce Forum Mondial à l’initative de la société civile internationale a impulsé le Forum sur le même thème organisé en mars 2006 par la FAO et où le CERAI et AGTER ont apporté des contributions essentielles.
2) Concernant l’alimentation en Europe, le Réseau Alimenterra s’est constitué en mettant la priorité sur l’évolution des systèmes alimentaires dans la restauration collective. Il s’est lié à la dynamique de Sustainaible Food Laboratory. Dans ce cadre, il est en train de développer un programme d’actions visant à augmenter la durabilité du système des cantines scolaires et de la restauration dans les hôpitaux de plusieurs grandes villes européennes.
3) Un pôle de centres de formation de leaders sociaux : UPAFA en Afrique, CAFOLIS dans les Pays Andins,, CEFODIR dans le Mercosur, CAPEC en Argentine, formation animateurs ruraux en Inde... se structure au niveau international. Il s’ouvre à des milieux variés (paysans, urbains, habitants, indigènes, jeunes, femmes, animateurs culturels..) et au projet de l’Université Populaire Urbaine animée par l’Alliance Internationale des Habitants.
4) Des plateformes nationales ou régionales associant des acteurs de la société civile, des organisations privées et publiques se sont constituées sur les problèmes d’alimentation. Des organisations participantes au réseau APM sont à l’initiative de ces plateformes en Afrique Centrale, dans le Mercosur.


5) Le "Sustainable Development Institute" et le "Global Leadership Initiative" ont lancé une démarche multi-acteurs au niveau international (Sustainable Food Laboratory) associant des grandes entreprises (Unilever, Carrefour, Cysco..), des responsables politiques, des membres de la société civile afin de mettre en place six projets pilotes ayant comme objectif de faire évoluer des systèmes alimentaires vers plus de durabilité écologique, sociale et économique. Ces projets concernent, en particulier, le secteur de la pêche, la restauration collective dans lesquels des membres du réseau APM Terre Citoyenne sont impliqués. C’est dans ce cadre, en particulier, que des alliances nouvelles ont pu se réaliser entre Carrefour, le Forum Mondial des Pêcheurs et des organisations locales, la FPH concernant un programme d’action autour du Lac Victoria.
6) En Chine, l’Institut de Développement Rural, les partenaires du réseau APM Chine et la revue « Technologie Chine» vont prendre l’initiative en octobre 2006, de la réalisation d’un atelier sur les systèmes alimentaires durables pendant une dizaine de jours avec la participation de participants issus du milieu des entreprises, de la société civile et des responsables politiques. Cet atelier devrait permettre de mieux intégrer des partenaires chinois dans des projets pilotes visant à faire évoluer des systèmes alimentaires vers plus de durabilité.
7) L’association des populations de montagnes du monde (APMM) s’est structurée progressivement au niveau des massifs depuis 2002. Elle a bénéficié de l’appui, de liens de confiance établis par le réseau APM terre Citoyenne. Au cours de l’année 2006, ces liens seront renforcés et des synergies seront encore plus développées, à l’occasion de la rencontre inter gouvernementale qui sera réalisée en décembre 2006, à Chamonix et qui permettra aussi l’expression des populations des montagnes du monde.
8) Par ailleurs, le CERAI (Espagne) travaille sur un projet de rencontre centré sur "les cultures illicites". Il a établi des relations fortes avec l’Association des Populations des Montagnes du Monde (APMM) qui doit aussi particper à ce projet.
LE RESEAU MONDIAL EN 2004 2005
Les activités lancées en 2004 et en 2005 démontrent la capacité d’initiatives des membres du réseau APM Terre Citoyenne, leur désir d’ouverture vers d’autres acteurs de la société (politiques, entreprises, urbains..) alors que le soutien de la fph a été énormément réduit. Durant cette période, le réseau a fonctionné de manière informelle, pour mobiliser des partenaires, pour ouvrir de nouveaux espaces de travail. La FPH n’a plus joué le rôle d’animation qu’elle assurait au paravant. Mais la FPH reste un lieu de mutualisation d’informations, d’initiatives et de soutien. La plupart des initiatives mentionnées n’ont pas le label APM Terre Citoyenne. Le réseau lui-même n’est pas apparu en temps que tel dans la plupart de ces initiatives.
Aprés la réunion de Paris et celles de quelques animateurs du Réseau APM terre Citoyenne, à Porto Alegre et à Quito en 2005, une douzaine de personnes de ce réseau doivent se retrouver les 19, 20 et 21 juin 2006 à Saint Martin de Londres, afin de voir pour les deux années prochaines :
• les occasions de synergie entre différentes initiatives,
• la forme de structuration du site web de travail et le lien avec les sites web ressources existants ou en construction (AGTER, Formations citoyennes, Food Lab, CERAI, Info’Gm, ADEPA,..) afin de renforcer la structuration, la circulation de l’information et la capacité collective au niveau international,
• la nature souple de l’alliance citoyenne ou du processus–réseau à faire vivre,
Présentation des partenaires :
Le réseau associe:


1) des réseaux régionaux ( APM Afrique, APM Chine, réseau rural Vietnam....), 2) des ONG impliquées dans le réseau ( Cerai, Terra Nueva Equateur, Agroecologia Roumanie, CER Albanie, Nessefe Japon, Canadel Cameroun, Iatp Usa, REED Suisse, ADEPA, Geyser...), 3) des lieux d’expertise et de controle citoyen, de formation (Info’gm, Université APM Afrique, Cefodir, CAFOLIS, AGTER sur la gouvernance des questions foncières et la gestion des ressources naturelles) 4) des organisations sociales: forum mondial des pêcheurs, organisations paysannes et indigènes impliquées dans les activités du programme APM, 5)des chercheurs, des personnalités: anciens Ministres de l’agriculture, de nouveaux ou anciens députés...
Les personnes qui participent au comité de suivi du Réseau mondial : Pedro Avandano, Jeanot Minla M’fou ou , Avram Fitiu, Fernando Rosero, Vicente Garcés, Jin siyan, Silvio Marzarolli, Marie Rose Mercoiret, Alberto Broch.
❖❖❖
Langue de la fiche : ➢ français
Date de création : 21 mai 2006 — Dernière modification : 21 février 2007